LES COULEURS DE MES FILMS PRÉFÉRÉS : #1 retour vers le futur


Dernièrement je m'intéresse beaucoup à l'utilisation des couleurs et à leur signification au cinéma. La colorimétrie est très souvent une véritable porte-ouverte sur le sens d'un film, et fait partie intégrante de l'oeuvre. Tout ça m'a donnée envie de présenter un nouveau genre d'articles dans la catégorie cinéma ; c'est une manière pour moi d'aborder les films différemment, et pour vous de lire autre chose que de simples reviews ou analyses. Parler de ses films préférés à travers ses couleurs est une autre manière de leur rendre hommage, et c'est ce que je fais aujourd'hui avec Retour vers le futur, trilogie réalisée par Robert Zemeckis entre 1985 et 1990. Promis, pas de termes trop techniques ni de théories confuses. Juste des couleurs.


Avant toute chose, il faut garder en tête que notre réaction aux couleurs d'un film est surtout conditionnée par le sens qui leur est donné par le film lui-même. Outre le fait que l'on perçoive à peu près tous les mêmes symboliques dans les couleurs, aucune signification n'est dogmatique, aucun sens officiel n'est attribué à une teinte. De plus, vous n'êtes pas sans savoir que d'une culture à une autre, le sens d'une couleur est variable, parfois même opposé. C'est pourquoi il faut garder à l'esprit qu'une couleur peut avoir une signification dans un film, et une autre totalement différente dans un autre. 

Ici, je parlerai surtout des deux premiers films de la trilogie, d'abord parce que je ne sais toujours pas lequel des deux je préfère, mais surtout parce qu'il me semble que le troisième utilise une palette assez différente et peut-être moins emblématique, moins spécifique.


Le cas de Retour vers le futur est particulièrement intéressant selon moi parce qu'on retrouve les mêmes schémas colorimétriques sur les deux premiers films : vous pouvez voir sur toutes les images de l'article des teintes assez claires et désaturées. 

Il existe plusieurs types d'équilibrage des couleurs - comprenez par là des associations harmonieuses de couleurs. Appelons ça des palettes. Rapidement, pour vous situer, on peut avoir la palette monochromatique (la même couleur utilisée en plusieurs nuances : plus claire, plus foncée), la palette analogique (utilisation de couleurs voisines : par exemple orange, rouge, violet) , la palette complémentaire (utilisant deux couleurs complémentaires sur la roue chromatique), et la palette triadique (idem mais avec trois couleurs). 

Ici, vous remarquerez qu'on est plutôt dans la dernière catégorie, qui est au passage le schéma de couleurs le plus rare au cinéma. On lui attribue un aspect frappant et dynamique, même lorsqu'il est comme ici plutôt désaturé. On reste dans les couleurs primaires : rouge, jaune et bleu, avec des variations de saturation et de valeurs. Ces trois teintes qui rythment le film sont à la base de la "charte graphique" instaurée autour de la trilogie puisqu'on les retrouve dans le logo du titre et sur les différentes affiches. Mais quel sens leur attribuer ?


On associe le bleu à de nombreuses choses, comme je vous l'expliquais le contexte et la mise en scène sont souvent responsables du sens qui lui est donné. Ici, on a un premier sens assez littéral : on associe le bleu au ciel, et par extension à l'espace, et c'est naturellement qu'ici il représente d'abord le voyage dans l'espace et le temps de Marty et Doc. Mais de manière un peu plus symbolique, et comme c'est souvent le cas, le bleu peut également représenter l'imagination et la fantaisie. Deux qualités dont la trilogie ne manque clairement pas.

Concernant le jaune, même s'il est moins présent dans le cadre, il fait partie de la palette de la trilogie au même titre que les deux autres couleurs primaires, et il signifie sans grande incertitude la folie (la bonne folie !) - celle de Doc, et celle des trois films de manière générale. 

Pour ce qui est du rouge, je suis un peu plu réservée sur le sens à lui attribuer. Les sentiments associés à cette couleur sont très fréquemment les mêmes sur de nombreux films, mais rien que l'on puisse vraiment retranscrire ici (je veux dire, c'est ni l'amour, ni la passion, ni la violence...). Je penche plutôt pour le caractère urgent de certaines situations (toutes en fait) dans lesquelles les personnages sont. Sans le rouge, qui est très souvent assez tranchant, on se retrouverait dans quelque chose d'un peu trop pastel, un peu trop calme et paisible. Attribuons-lui les notions d'urgence et de danger.


Choisir une palette de couleurs est une chose ; il faut ensuite définir d'autres paramètres, comme la saturation. Comme je vous l'ai dit à plusieurs reprises, on reste toujours dans des tons très pastels, toute la trilogie, et dans ce cas précis, ils incarnent l'innocence et la légèreté. 

Enfin, il arrive que l'on associe carrément des couleurs à des personnages, le plus souvent par le biais des vêtements. L'exemple de Retour vers le futur est encore une fois flagrant, bien que surtout applicable aux deux premiers films. Doc Brown (malgré son nom) est très souvent vêtu de blanc, mais la signification se trouve davantage dans la blouse que dans la couleur elle-même. Concernant les tenues de Marty, majoritairement bleu et rouge, je pense que l'on peut leur attribuer sensiblement les mêmes significations que celles déjà vues.


Déchiffrer les couleurs d'un film est une occupation plutôt cool (bon ça nécessite un minimum d'intérêt à la base évidemment) ; c'est une nouvelle manière de voir les films qu'on regarde. J'ai lu une fois que si on tenait le sens de chaque teinte dans un film, on pouvait suivre son histoire simplement en regardant les couleurs. C'est assez relatif mais j'ai trouvé cette idée vraiment géniale. Evidemment, il existe des films dans lesquels l'utilisation de la couleur est beaucoup plus importante et spécifique que dans Retour vers le futur ; certains se basent même exclusivement sur ça, et je trouve que ça fait ressortir le génie du réalisateur et de son équipe de mise en scène. A l'inverse, certains films prêtent moins d'attention à la signification des couleurs, et il ne faut pas toujours voir des tonnes de sens dans chaque pixel colorés ; sinon que dire de la casquette holographique de Marty ?


lillysteria

8 commentaires

  1. ce genre d'article est vraiment super cool, ça change et j'ai appris pleins de choses :) merci ! Bisous

    RépondreSupprimer
  2. C'est intéressant comme article, une analyse sous un angle que je n'avais jamais envisagé :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup, ravie qu'il t'ait plu :)

      Supprimer
  3. Cet article était super intéressant, je suis également une fan de Retour vers le Futur (d'ailleurs, il faut vraiment que j’achète le livre que tu possèdes qui a l'air super bien). C'est vrai qu'on a tendance à oublier que les couleurs peuvent tenir une place importante dans les films. D'ailleurs, petite théorie, le fait que le personnage de Marty était habillé en noir quand il fut brièvement interprété par Eric Stoltz peut montrer, de façon prophétique, à quel point il interprétait Marty de façon trop sérieuse et que ça ne collait pas avec l'ambiance du film (j'ai sûrement tout faux mais ton article m'a fait penser à ce détail haha).

    Bises ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup ! ce livre est vraiment une mine d'or, il est super bien fait et vraiment hyper agréable à lire je t'encourage vraiment à l'acheter ! t'as sûrement pas complètement tort au sujet d'Eric Stoltz, c'est peut-être une coïncidence mais c'est totalement en accord avec la manière dont s'est déroulé le tournage donc pourquoi pas :) bisous

      Supprimer
  4. J'ai l'impression qu'on retrouve dans Forrest Gump cette même palette de couleurs: les couleurs pastels, notamment bleutées et jaunes enveloppent et accompagnent un personnage débordant d'innocence, d'imagination et qui a la folie nécessaire à bouleverser son existence. C'est ce qui fait selon moi toute la magie des films de Zemeckis!
    Sinon, ton article est hyper bien construit, va me faire appréhender les films d'une différente manière et j'ai vraiment hâte d'en lire d'autres du même genre! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vraiment bien vu, l'esthétique de Forrest Gump est vraiment similaire à celles de RVLF et finalement ça peut être une marque assez propre à Zemeckis :) merci beaucoup, jsuis ravie que l'article t'ait plus !

      Supprimer