2 déc. 2016

les études entre parenthèses ― 2 mois après



Vous l'avez peut-être remarqué (je dis bien peut-être) mais depuis quelques semaines, peu importe le réseau social, je ne parle ni de mes études, ni d'un quelconque rythme scolaire. J'ai souvent partagé avec vous ce que j'apprenais en cours, dans la mesure où c'était intéressant, donc vous pouvez imaginer que l'absence de ce partage s'explique par une chose très simple : voilà presque deux mois que j'ai mis un terme à ma première année de master en information-communication.

Début d'année très court, donc, avec une décision que j'ai prise assez vite après le début des cours. C'est certainement la décision la plus audacieuse de ma vie, même si à l'échelle de mon existence je ne suis pas sûre qu'elle représente beaucoup.

Après mon bac, j'ai obtenu un BTS audiovisuel (option Gestion de la Production), sur 2 ans, et après ça j'ai intégré une 3ème année de licence en information-communication. De vous à moi, j'ai détesté la fac, mais j'ai décidé d'aller au bout de cette année de licence, d'abord parce que malgré tout les enseignements me plaisaient beaucoup, mais également afin d'avoir un diplôme supplémentaire. Au terme de cette licence, que j'ai obtenue, j'ai décidé de continuer sur la lancée de la communication en intégrant un master. Un peu contradictoire étant donné l'effort moral que m'avait coûté l'année précédente à la fac. Cette fatigue morale m'a tout de suite rattrapée quand, dès la rentrée, la seule question qui me trottait dans la tête pendant la réunion de présentation était : "mais comment je vais tenir deux ans en fait ?".

Il m'aura fallu un peu plus de deux semaines pour sauter le pas et décider de plus mettre les pieds à la fac. La plupart de mes proches ont soutenu ma décision, c'était important pour moi, même si ça n'y aurait rien changé. J'ai décidé d'entamer l'écriture de cet article afin de vous expliquer pourquoi j'avais mis un terme à cette année d'études, et comment je vivais les débuts de cette année de césure. 
Je pense très simplement que la fac n'est pas un environnement qui est fait pour moi. Je suis sortie d'une classe de 12 personnes en BTS pour me retrouver dans une université aux côtés de 60 camarades. J'ai très mal vécue la transition, je l'ai toléré pendant un an le temps de ma licence, mais j'ai tout de suite senti que ça me serait impossible à vivre pour encore deux ans. J'ai toujours aimé l'école, depuis le CP j'ai toujours adoré y aller, j'y ai toujours passé de bons moments. Le collège, le lycée, le BTS, la fac, les rythmes ont parfois été difficiles mais j'ai toujours tenu le coup, j'ai toujours eu envie d'apprendre, de m'enrichir et de décrocher des diplômes. Je me suis levée à 6h tous les matins pendant 6 ans, avec au moins 1h de transport chaque jour (presque 2h lorsque j'étais à la fac), et je n'ai jamais séché une heure de cours. Je pense avoir toujours été une élève exemplaire, travailleuse et attentive. Je précise tout ça pour appuyer le fait que ma décision n'a jamais été motivée par une quelconque flemme de me bouger, ou par un amour démesurée pour la glande. Comme tout le monde j'aime traîner au lit, veiller, regarder des séries, mais je ne suis pas une fainéante. Je me suis toujours retroussée les manches et j'ai toujours travaillé dur, quelle que soit la demande en face. 

Alors j'ai dit stop. Stop parce que même si j'aimais ce que j'apprenais (ou plutôt ce que je m'apprêtais à apprendre), c'était plus possible. J'étais a priori destinée à un métier dans l'audiovisuel, puis j'ai dévié vers la com, et finalement je ne réfléchissais plus à ce que je voulais être, ce que je voulais faire. C'est comme si j'étais sur une route, à 110km/h : j'ai éprouvé le besoin d'arrêter la machine en marche, de couper le moteur, de sortir du véhicule et de regarder une carte, pour voir précisément où je voulais aller, et par où je voulais passer. 

A cette incertitude s'ajoutent des coups durs que j'ai été forcées d'encaisser ces derniers mois. Pour reprendre la métaphore de la voiture, c'est comme si j'avais pris de gros dos d'âne, à vive allure, et qu'ils m'avaient peu à peu ralentis, jusqu'à me forcer à m'arrêter sur la bande d'arrêt d'urgence. J'ai saturé, vraiment, de tout. J'ai vraiment enchaîné les coups durs cette année, et d'ailleurs mon petit corps me surprend à encaisser aussi "bien". Certains événements m'ont confortée dans ma décision, car j'ai réalisé que la vie était quand même très courte, trop courte, pour se faire chier dans un cadre qui ne nous convient pas, qui ne nous convient plus. Il n'est jamais trop tard pour le changement, encore moins quand on est jeunes. Comme je le disais au début, à l'échelle de ma vie, cette année de césure ne devrait pas avoir d'impact négatif. J'ai 20 ans, trois diplômes, c'était le moment où jamais de lâcher prise.

Qu'est-ce que je fais depuis 2 mois ?
En revanche, à aucun moment je n'ai pensé profiter de cette année pour ne rien faire. Bien au contraire, j'ai plutôt décidé de commencer à vivre, et de faire tout ce que j'ai toujours eu envie de faire sans jamais avoir vraiment le temps de commencer. En toute honnêteté, les premières semaines, j'ai vécu ça comme des vacances. J'avais le sentiment d'avoir gagné le droit de ne rien faire, comme une sorte de RTT de la vie, où je pouvais décompresser de toutes ces années de scolarité. L'organisation des débuts a été un peu compliquée ; trouver des repères, un rythme, un planning. Je suis toujours en plein dedans, et je ne suis pas encore tout à fait au point, mais ça commence à venir. J'ai décroché un petit contrat pour m'assurer une rentrée d'argent mensuelle, car même si je vis encore chez mes parents, je n'aime pas trop dépendre totalement d'eux. Vous avez peut-être vu que j'avais commencé à m'intéresser au graphisme, entre autres, en postant des débuts de petites créations sur twitter et snapchat. J'ai acheté des livres de sociologie, aussi, parce que ça m'intéresse énormément. J'ai également commencé des cours de boxe, une à deux fois par semaines, ce qui me fait un bien énorme. J'ai même acheté une toile pour me mettre à peindre. Bref, j'essaie d'apprendre à être qui je suis, à créer, voir ce qui me plaît, ce dans quoi je suis douée. Je vais essayer d'explorer tous les domaines qui m'intéressent, parce qu'ils sont nombreux, et parce que je veux enrichir mon bagage, toujours plus. Tout commence à prendre forme, même si c'est loin d'être idéal. Certaines situations personnelles sont encore un peu difficiles à gérer pour moi, je dois composer avec, mais ce qui est certain c'est que jamais j'aurais pu composer avec 30h de cours par semaine. En deux mois, je n'ai pas regretté ma décision une seule fois. J'irais pas jusqu'à dire que je revis, mais en tous cas, pour l'instant, je meurs moins de l'intérieur. 

Evidemment, certaines personnes autour de moi, plus ou moins proches, comprennent encore difficilement ce genre de décision. "Mais pourquoi ?", "mais qu'est-ce que tu fais de tes journées ?", "t'as pas peur ?", "et après ?"... j'entends ça très souvent, et c'est toujours compliqué d'expliquer tout ça à des gens qui ont toujours été conditionnés dans le modèle "naissance, étude, travail, famille". Je ne dis pas que c'est un mauvais modèle, je dis que ce n'est pas le seul valable. Pour certains, une activité n'est pas légitime si elle ne te fait pas chier au quotidien. C'est une vision que je déteste. Moi j'aimerais être la preuve que l'on peut se débrouiller à concilier les meilleurs aspects de la vie. Je dis pas que c'est facile, mais le résultat vaut le coup. La facilité, c'est pas forcément de fuir, des fois c'est de rester. Oser partir, oser dire stop, c'est audacieux je crois, et je suis fière de l'avoir fait. Peu importe qui comprend, qui ne comprend pas. Je me sens mieux, plus sereine, plus à l'écoute de moi-même, de mes envies, de mes ambitions, et si les jugements sont le prix à payer, je le paye. J'ai les moyens.

Donc voilà où j'en suis. quoi. Je partage beaucoup de choses avec vous sur les réseaux sociaux : ce que j'aime, ce que j'écoute, ce que je pense, mais pas forcément des choses de ma vie "privée". Ca me soulage d'aborder le sujet (dans un post sûrement bien trop long), parce qu'il me semble qu'on est finalement beaucoup dans cette situation, et j'ai envie de pouvoir m'exprimer sur ce sujet avec vous, vous faire suivre l'avancée de cette année de césure. Pour les mois à venir, j'ai quelques projets, que j'aimerais faire aboutir : continuer d'apprendre le graphisme, enrichir ma culture ciné, commencer à dessiner, partir en voyage, économiser de l'argent... tout un tas de choses. J'ai par ailleurs commencé un Bullet Journal depuis 2 petites semaines - je crois qu'il n'y avait pas de meilleur moment pour apprendre à organiser ma vie et les choses que j'ai à faire. 

Je pense que cet article est de loin le plus long que j'ai jamais écrit. Pour une fois je ne me restreins pas du tout, parce que j'ai des choses à dire et tant pis si ça prend de la place. J'espère de tout coeur que vous aurez lu jusqu'au bout, mais si ça ne vous intéresse pas, je ne peux pas vous forcer. J'ai pris cette décision, mais il n'en reste pas moins que les études sont une chance inouïe et j'encourage tout le monde a en faire - même pas pour les diplômes, mais pour ce que l'on apprend. Apprendre, forger son cerveau, réfléchir, poser un regard sur le monde, c'est important. Les études supérieures ont des défauts, je le sais, mais elles restent une force et me concernant, elles sont sûrement la brique la plus solide sur le mur de ma personnalité, de mon sens critique et de ma réflexion sur le monde. Jamais j'encouragerai qui que ce soit à mettre un terme à ses études, comme ça, pour le plaisir. La seule chose que j'encourage, c'est l'épanouissement, l'ambition et la curiosité, et moi c'est en mettant mes études sur pause que je voudrais retrouver ces valeurs. 

Tout ça peut paraître pompeux juste pour une année "sabbatique", là je viens de le relire et je me demande si j'en fais pas un peu trop en fait... mais ça me semble important. On parle de notre vie, alors je vois pas pourquoi ce ne serait pas aussi sérieux. J'avais très envie de partager avec vous le début de cette expérience, et de faire le bilan de ces deux premiers mois, très nouveaux pour moi. Pour le moment, je me sens mieux comme ça, et je suis fière de la décision que j'ai prise, en espérant en tirer le maximum pour repartir sur de nouvelles bases ou qui sait, peut-être basculer mon destin sur les années à venir. J'y pense pas trop encore, je me concentre sur ce que j'ai à faire, les objectifs que je me suis fixés. La nouvelle année qui approche me remplit encore plus d'une ambition nouvelle, d'une certaine excitation, et me donne encore plus l'impression de recommencer à zéro, faire peau neuve et repartir du bon pied. Je suis fière d'avoir fait ce qui était meilleur pour mon moral, de m'être donnée cette chance, et je vais tout faire pour ne pas la gâcher.

Mathilde

30 commentaires:

  1. Tu es vraiment inspirante ... c'est un plaisir de te lire!

    RépondreSupprimer
  2. Ça me fait vraiment plaisir de lire tes articles. Je suis très différente de toi, j'ai une petite phobie sociale ce qui fait que je déteste le lycée parce que je m'y sens mal la plupart du temps. Je me sens tellement bien chez moi, avec ma famille que j'ai beaucoup de mal de quitter la maison tous les matins, je sature déjà de mon année de terminale ! Malgré cela j'ai toujours eu des facilités à l'école donc c'est compliqué de me mettre au travail car jusqu'à présent je n'en ai jamais vraiment eu besoin. Alors j'admire vraiment les gens qui travaillent dur et apparemment c'est ton cas. Bref, ton choix m'a l'air judicieux et j'espère que tu vas passer une année formidable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je te souhaite beaucoup de courage avec tout ça, en espérant que tu trouves une alternative pour allier études et sérénité ! merci beaucoup d'avoir pris le temps de commenter. bon courage pour ton année de terminale ! bisous

      Supprimer
  3. Super article. Je ne trouve pas du tout dérangeant le fait qu'il soit long, c'est d'autant plus intéressant ! J'ai 24 ans et je suis, moi aussi, passée par des remises en question concernant mes études. J'en ressors grandie et bien plus épanouie pour deux raisons : j'ai pris le temps de me recentrer, de me poser les bonnes questions puis j'ai eu le courage de mettre en place les changements dont j'avais besoin. En lisant ton article je ne peux donc qu'être d'accord avec toi et te dire que : tu as bien fait ! En bref : éclate-toi dans cette année que tu t'es offerte. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup pour ton partage ! c'est toujours rassurant de lire l'expérience positive de plus vieux que soit alors merci :) j'espère que tu es toujours aussi épanouie. bisous !

      Supprimer
  4. Je partage un peu la même expérience, et tu as bien fais, il faut s'écouter c'est primordial! Bravo, continue comme ça, profites! Bonne soirée :)

    RépondreSupprimer
  5. Admirative devant l'audace que tu as eu de faire ça. Sinon je trouve ton article super intéressant, il nous pousse à nous questionner nous-même sur nos envies, j'adore ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup ! si j'ai pu faire un peu réfléchir j'en suis ravie :)

      Supprimer
  6. Force à toi Mathilde je conçois que ça n'a pas dû être une décision facile à prendre et j'espère de tout coeur que tu réussiras à accomplir tous les objectifs que tu t'es fixés! Comme tu dis les études c'est important mais rester en phase avec soi-même ça l'est encore plus :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 100% d'accord avec toi :) merci beaucoup pour tes encouragements ! pleins de bisous

      Supprimer
  7. Il m'est arrivé exactement la même chose. J'ai commencé un master en ressources humaines en septembre et je me suis rendue compte que je n'étais pas à ma place, que ca ne me plaisait pas. J'ai tout arrêter comme tu l'as fais. J'ai travaillé le premier mois, j ai repris mon projet de roman que j avais commencé lors de mon année en Angleterre. J'ai retrouvé la raison de me lever le matin, j ai trouvé le rythme qu'il me fallait alliant travail et passion. Je comprends tout à fait ton parcours pour avoir le même. Mes proches ont eu du mal à le comprendre au début, et savoir que je ne suis pas seule à avoir fais ce choix me fait beaucoup de bien. J'espère que tu trouveras la voie qui te plaira. Mais ne t'eloignes jamais de ton bonheur ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. effectivement nos expériences sont très similaires ! idem pour moi c'est rassurant de voir que l'on est beaucoup dans cette situation :) j'espère que tu trouveras aussi ta voie cette année. et bon courage pour ton roman ! bisous

      Supprimer
  8. Ben moi j'ai tout lu !
    A 18 ans, après le bac, je suis partie en fac de droit sans savoir pourquoi. Aujourd'hui, après 5 ans là-bas, j'ai le diplôme et tout le tralala, et je regrette pas parce que j'ai appris beaucoup. Mais je sais que si je devais le refaire, je ferais comme toi. J'appuierais sur Pause et je réfléchirais un peu à mes envies et mes passions avant de penser à tout le reste. Super article en tout cas !

    Cyrielle
    https://fromsaintcharles.wordpress.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je t'admire d'avoir été jusqu'au bout, même si on peut pas dire que les études soient une perte de temps car comme tu le soulignes on apprend forcément des choses et aucun savoir n'est complètement inutile :) j'espère qu'aujourd'hui tu es épanouie dans ce que tu fais ! bisous

      Supprimer
  9. je suis un peu dans le même cas (mais pas trop non plus), j'ai presque fait "exprès" de redoubler ma L2 pour me prendre une petite année tranquille, bon au final j'ai le semestre 3 de validé donc j'ai un peu une "année sabbatique" vu que l'autre semestre de janvier à mai j'aurais 7h de cours.
    j'en ai profité pour partir à tokyo et je suis contente d'avoir pu faire ce voyage seule à une période où il y a moins de touriste.
    pareil que toi j'aime pas la fac mais j'aime bien les enseignements et ma filière donc je dois un peu m'accrocher et pas lacher.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est une bonne alternative aussi ! c'est super que tu aies trouvé le temps de voyager, c'est un de mes objectifs. bon courage pour la suite en tous cas, ne lâche rien :)

      Supprimer
  10. Je suis très contente que tu fasses désormais ce qu'il te plaît ! Ne te met pas dans tous tes états, ta situation est loin d'être anormale :) Et puis quoique tu fasses les gens jugent toujours alors ne t'en préoccupe pas !
    En tout cas profite bien de tout ce temps libre pour faire ce qui te rend heureuse ! Il n'y a pas de meilleur moyen de réussir sa vie que de ressentir continuellement du bonheur :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as tout à fait raison ! merci beaucoup pour ces quelques lignes de positivité :) bisous

      Supprimer
  11. Ton article est une fois de plus très inspirant. Et pour avoir été (et être actuellement) dans le même cas que toi, je peux te dire que ça fait du bien de lire ce genre de texte.
    L'année juste après le bac, j'ai été prise dans une fac où je ne voulais pas aller, résultat : j'y suis restée 2 semaines, et j'ai arrêté. J'avais peur de regretter, de perdre une année, et finalement, je pense que c'est une des meilleures décisions que j'ai prise, puisque l'année d'après je suis retournée à la fac, celle où je voulais aller, ça n'a pas été évident, mais j'y ai rencontré des gens super, j'ai appris énormément de chose durant mes 5 années d'études qui se sont terminés en septembre dernier. Je pensais renquiller pour une nouvelle année, cette fois en alternance pour compléter ma formation puisque mon parcours recherche n'a absolument pas été professionnalisant. Et finalement, j'ai refusé une alternance parce qu'après 5 ans à bosser comme une dingue, je pense que j'avais eu ma dose. Il fallait que je dise stop. J'ai un petit boulot, et je cherche une mission de service civique, pour voir un peu autre chose, me découvrir, me faire une expérience. J'ai aussi envie de mettre cette année entre parenthèse pour faire tout plein de choses, un peu comme toi finalement.
    J'espère que tu concrétiseras tes petits projets, que cette année te fera du bien. Parfois il faut savoir s'écouter, les études c'est bien, comme tu l'as souligné, mais ce n'est pas non plus toujours tout rose (en tout cas je t'admire d'avoir été jusqu'au bout de ta L3 !)
    Et tu verras le Bullet Journal c'est vraiment trop chouette pour l'organisation ;)
    Merci d'avoir partager ton ressenti, il me tarde de voir comment tu vas évoluer durant cette année !
    Bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as beaucoup de projets et d'ambition, c'est super ! je te souhaite vraiment beaucoup de réussite dans tout ce que tu entreprendras. merci beaucoup à toi d'avoir partagé ton expérience :) bisous

      Supprimer
  12. J'ai tout lu, cet article est vraiment très beau ! Tu as eu raison d'arrêter, si tu ne te sentais pas à ta place, pourquoi continuer ?! Ce n'est qu'un an et comme tu l'as dit, tu as déjà de bons bagages alors tu peux te permettre une pause d'un an pour vraiment t'épanouir et réfléchir à ce que tu veux devenir par la suite. Je pense que cette année ne sera que bénéfique pour toi, c'est important de prendre du temps pour soi, de se questionner sur ses envies. Profite bien et j'espère que tu pourra réaliser tous les projets que tu as en tête :D !
    Gros Bisous Mathilde !
    PS : On dirait que ta photo vient d'un magazine, style Vogue haha, j'aime trop !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup Jessica ! je pense aussi que ça ne pourra qu'être bénéfique. merci beaucoup en tous cas d'avoir pris le temps de lire et de laisser un petit commentaire :) pleins de bisous ! et merci pour la photo haha

      Supprimer
  13. Tu es vraiment inspirante, Mathilde. Merci pour tes photos qui sont un réel plaisir pour les yeux, pour tes articles toujours passionnants, et surtout merci pour toute la sincérité avec laquelle tu écris. Tout comme toi, mettre mes études entres parenthèses à été la meilleure décision que j'ai prise, j'espère que tu pourras t'épanouir et que tu accomplira tous tes beaux projets. Je te souhaite une très bonne continuation ! Bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup à toi de prendre le temps de me lire et de partager ton ressenti ! j'espère que toi-même tu es épanouie et que ton année de césure te servira autant qu'à moi :) bonne continuation à toi aussi ! bisous

      Supprimer
  14. J'adore les articles comme celui ci où tu nous parles vraiment, c'est un vrai plaisir de te lire, et de te connaître un peu plus à chaque fois !
    Pour ma part je suis en Bachelor Graphiste Designer et j'aimerais arrêter mes études l'an prochain, je ne me vois pas en master. Je voudrais commencer à entrer dans la vie active. Ça reste parfois effrayant quand la plupart des gens de ma classe pense poursuivre mais bon je pense que ma décision est prise. Peu importe ce qui arrive à la fin de l'année. Alors je comprends tout à fait la notion d'audace dans ta décision. :)

    Hormis ça, j'étudie à Toulouse cette année, la même ville que toi ! Et depuis le temps que je te suis, j'aimerais beaucoup te rencontrer. Je suis passionnée de photographie, et si cela te plairait je souhaiterais faire une petite séance photo avec toi par exemple. :)

    Bisous, Mathy
    http://awindowonmyuniverse.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
  15. Merci pour cet article, je t'admire vraiment, toi, ta personnalité et ton honnêteté dans tes articles !
    Je suis actuellement en bac+2, en souffrance, je ne supporte plus mes études, je ne suis pas à l'aise dans ce cadre, je ne me vois pas faire ce métier plus tard. J'aimerai avoir le cran de faire ça, de sauter le pas, j'en ai marre de subir ma vie et j'aimerai juste la vivre.
    J'ai le même âge que toi et comme tu le dis on est encore jeunes.

    En tout cas je te remercie pour cet article qui est très bien écrit, tu as vraiment le don de transmettre les choses comme il faut !

    RépondreSupprimer
  16. Salut Mathilde!
    Je suis dans le même cas que toi, après mon bac j'ai voulu faire un dut info com parce que je pensais que la meilleure solution pour travailler dans l'événementiel mais au final ca ne le plaisait pas et j'étais très loin de chez moi, mes repères (plus de 300km). J'ai donc décidé de tout lâcher, on m'a soutenue et depuis ça je cherche un travail (que je ne trouve pas) et j'ai essayé de retrouver quelque chose à faire l'année prochaine parce que je ne supporte pas ne rien faire depuis près de 3 mois, j'habite dans une petite ville donc c'est compliqué de s'occuper. L'année prochaine je vais surement intégrer un bts tourisme en alternance, plus près de chez moi, je suis attente de réponses ! J'aimerais partir dans quelques endroits afin de profiter du temps que j'ai et que je n'aurais plus dès la rentrée mais je ne suis jamais partie seule donc j'hésite toujours même si je sais que je ne devrais pas.
    Merci d'avoir osé en parler!

    RépondreSupprimer
  17. Mon dieu, merci. Tu ne peux pas savoir à quel point ça fait du bien de te lire. Je passe tellement de temps à avoir peur de faire des choix et voir qu'il existe d'autre gens dans le même cas que moi, avec les mêmes envies et les mêmes craintes me fait un bien fou. Je ne sais pas si ton article va changer ma vie, mais il m'aura donné un "wake up call". Et j'en avais bien besoin. Alors merci, vraiment.

    RépondreSupprimer

INSTAGRAM

CLAIR DE LUNE © 2016 | Template by Blogs & Lattes